À travers la contemplation, nous nous laissons traverser par l’Éclat vivant de l’Être.
Cet Éclat brille sans cesse en nous. D’ordinaire nous n’y prenons pas garde.
Nous retenons le cinéma des pensées et non la “source” radieuse de vie de laquelle elles surgissent.
Nous regardons les reflets qui dansent sur le miroir et non la “clarté”, l’éclat intrinsèque et immuable de celui-ci.
Regarder la Source en Soi, c’est la vivre. C’est se laisser traverser par elle sans interférer.
C’est devenir “transparent” comme l’eau de la Source.

Contempler, c’est accueillir le jaillissement de Vie, accueillir la Source dont nous sommes issus. Dans cette démarche, nous ne recherchons pas une “élévation”, un “développement”. A l’inverse, nous nous délestons afin d’amenuiser notre importance, notre valeur en tant que “personnage”, qu’individu séparé et autosuffisant.
Dans l’approche contemplative, nous “atterrissons”. Nous nous simplifions. Nous ne recherchons pas un maintien, une absence de pensée, une plus grande conscience. Ce n’est pas le “personnage” qui pratique. C’est le “personnage” qui par la pratique s’oublie et s’efface pour révéler son vrai visage. Il s’évince pour laisser place à la parfaite Êtreté, à la Présence originelle qui le sous-tend.